T.A.F.

Tous A Fond ... Travailler, Agir, Faire
 
AccueilAccueil  Portail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Architecture] Lumière et briques en architecture médiévale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
russo

avatar

Nombre de messages : 1025
Fonction : gardienne de tonneaux
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: [Architecture] Lumière et briques en architecture médiévale   Sam 6 Fév 2010 - 21:42

Lumière et briques en architecture médiévale

Le Moyen Age est une grande époque de construction.Ce n'est pas tant le nombre qui importe, que la diversité des types de bâtiments, l'évantail des matériaux et de leur technologies, les capacités d'inventions techniques et de perfectionnement dans l'art de bâtir.

On connait l'importance prise par la lumière dans la culture médiévale, qu'il s'agisse de la sensibilité à la lumière colorée, de la spiritualité-transcendance de la lumière, éclairement des édifices. La
recherche de la lumière a joué un rôle dynamique dans l'invention architecturale du gothique; les exemples des cathédrales de Lyon, de Paris ou de Reims montrent que dans les niveaux supérieurs, les reprises ou les changements de parti ont pu avoir pour but d'améliorer la luminosité du clair étage. L'état lumineux d'un édifice résulte de paramètres très divers, difficile à maitriser et inscrits dans une longue chronologie.

Au XIIe siècle, l'emploi de la brique n'est en rien une innovation. En effet, il a joué un rôle essentiel dans le développement de Rome dès les premières décennies de notre ère. Elle était un matériau de
construction courant auquel nous devons un grand nombre d'édifices comme le Forum de Trajan,le Panthéon,les thermes de Caracalla.

A partir du XIIe siècle, la brique est utilisée non plus comme un associé à la pierre mais comme un véritable matériau de construction qui se met en place dans toute l'Europe.Peu à peu, se met en place une architecture innovante dont l'origine tient à la prise en compte simultanée des qualités architectoniques, mais aussi décoratives de la brique.On en mesure désormais l'impact dans l'environnement bâti urbain et rural de certaines régions du nord de l'Europe, de Pologne, d'Angleterre, d'Italie mais aussi en France avec trois centres: le Toulousain, l'Albigeois ou encore le Dauphiné.

Qu'il s'agisse des cathédrales, d'abbayes, de châteaux ou de villes entières, les murs de brique étaient généralement laissés nus.

Au XIIIe siècle, on observe une utilisation massive de la brique dans la construction de nombreux édifices militaires répartis sur l'actuel département de l'Ain, en Bresse et en Dombes. La stabilité du
bâtiment est assuré par une alternance de disposition de briques en carreau et boutisse, par le recours systématique aux chaînages d'angle en besace, aux arcs de décharge et par des sytème divers et ingénieux de fenêtres et portes en maçonnerie de briques.

Au XVe siècle, elle donne naissance à un véritable mode de cour au point de concurrencer la pierre de construction d'ensembles monumentaux édifiés à la gloire du comté. A partir de 1420, on observe l'apparition soudaine en Suisse et en Pays de Vaud de ce matériau. Ce phénomène répond à une volonté des grands princes de développer une architecture originale caractérisée par une utilisation partielle ou exclusive de la brique.

Document de l'Université.
Etudiants : Norv
Maîtres : FrèreNico.
Source; Dossier d'Archéologie n°251, Mars 2000 spécial Architecture Médiévale.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Architecture] Lumière et briques en architecture médiévale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.A.F. :: Bibliothèque et Salles d'Etude :: Manuels reliés sur les affaires de la vie civile :: Ouvrages culturels, historiques et techniques-
Sauter vers: