T.A.F.

Tous A Fond ... Travailler, Agir, Faire
 
AccueilAccueil  Portail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Religion] Les autres croyances

Aller en bas 
AuteurMessage
russo

avatar

Nombre de messages : 1025
Fonction : gardienne de tonneaux
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: [Religion] Les autres croyances   Dim 4 Oct 2009 - 18:58

Revenir en haut Aller en bas
russo

avatar

Nombre de messages : 1025
Fonction : gardienne de tonneaux
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: [Religion] Les autres croyances   Lun 12 Oct 2009 - 0:27



Dernière édition par russo le Ven 16 Oct 2009 - 0:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
russo

avatar

Nombre de messages : 1025
Fonction : gardienne de tonneaux
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: [Religion] Les autres croyances   Lun 12 Oct 2009 - 0:29

Les Lions de Judas, par Sanctus

Sort sa pipe, la bourre d'herbe, allume le tout, tire quelques bouffées et plisse les yeux. L'homme s'éclaircit un peu la voix puis se met à déclamer haut et fort.

Je vais tenter de réussir un exercice difficile : Expliquer ce qu'est Le Lion de Juda, société secrète née pour le rayonnement de la Réforme et de la République du même nom.


Qu'est-ce que le Lion de Juda ? Qu'est-ce que la Religion Aristotélicienne Réformée ?

Le Lion de Juda est une société secrète très ancienne, née après le concile de Nicée de 324 qui vit la création par l’empereur Constantin (qu’il aille en enfer) du clergé romain et de la fonction papale.
Composée à l’origine d’aristotéliciens fidèles à la parole du prophète, le Lion décide d’entrer dans la clandestinité pour organiser la lutte contre ce nouveau pouvoir religieux qui a décidé de prendre le contrôle des âmes. Le clergé est aidé en cela par les castes dirigeantes de l’époque constituées des nobles qui détiennent la puissance temporelle.
La société secrète est alors persécutée et disparaît pendant des siècles des livres d’histoire.
Elle réapparaît brutalement au début du XIVème siècle avec Fra Dolcino, curé défroqué italien, qui reconstitue le Lion et se fait élire Primus inter Pares (le premier parmi les siens).
Cet homme met sur pied les fondements de la Religion Réformée, organise la lutte armée contre les nobles et le clergé italien, parvient un temps à contrôler la région de Turin avec le soutien du peuple. Mais la répression papale est féroce. Les exécutions nombreuses. Dolcino meurt sur le bûcher.
Il a beaucoup écrit sa vie durant sur les principales religions de l’époque et en a fait une synthèse que nous considérons comme juste.
Pour un réformé, les paroles des Trois Prophètes qui se sont succédés dans le temps, Aristote, Christos et Averroes sont authentiques. Les livres sacrés sont vrais, en particulier le Livre des Vertus et le Kitab al Noor des averroïstes.
Les réformés prônent un retour à la religion des origines, à une époque où le clergé et sa hiérarchie oppressante n'existaient pas. Ils luttent donc pour la disparition de ce dernier et pour l'empalement du pape. Nul ne peut se prétendre un intermédiaire entre les Hommes et Dieu.
Les réformés refusent le culte des saints, jugé comme une fable destinée à endormir les croyants.
Ils croient à un Jugement Dernier qui sera rendu par le Très Haut quand il aura décidé qu'il sera temps de le faire. Et à partir de ce moment-là, les carottes seront cuites pour certains, et les portes du Paradis solaires s'ouvriront pour les Elus dont ils feront partie.

Concernant l'expression Lion de Juda : C'est par ce nom que se désigne Dieu lorsqu'il s'adresse à un Elu. C'est un lion ailé qui s'est présenté devant les prophètes Aristote, Christos et Averroes pour leur apporter la Révélation. Juda fut un patriarche des temps anciens descendant direct d'Oane.

A l’attention de tous !

Le monde des Royaumes tel que nous le connaissons est amené à disparaître. Le temps des puissants, de ceux qui se sucrent les fraises sur le dos du peuple est bientôt révolu.
Le Lion de Juda en appelle à tous les révoltés, les gueux, les bannis, les sans-grades et les cueilleurs de champignons. Il est temps, ensemble, de jeter les bases de ce qui sera le paradis sur terre, avant-goût du séjour solaire qui nous attend tous (du moins ceux qui nous suivront).
Le texte ci-après jette les bases de la République Réformée Universelle qui annonce un monde de justice et d’équité :

De la République Réformée Universelle

Préambule
La République Universelle Réformée a pour vocation le bien et la prospérité du genre humain à travers le monde.
Elle est basée sur l’affirmation de l’existence d’un Dieu Unique et sur la seule légitimité de la Religion Aristotélicienne Réformée.

Des principes religieux et moraux
Article premier. – La Religion Aristotélicienne Réformée est la religion de la majorité. Les autres cultes sont tolérés tant qu’ils ne troublent pas la quiétude de l’ordre public.
Art. 2. – La Religion Aristotélicienne Réformée annonce pour principe vrai et ne souffrant nulle contradiction qu’il n’y a de Dieu que Dieu.
Art. 3. - De même il ne peut y avoir d'intermédiaire entre Dieu et les Hommes. Pape, cardinaux, évêques et curés sont illégitimes.

Des principes politiques
Article Premier. – La monarchie sous toute ses viles formes est abolie, de même que la noblesse, les ordres militaires soit-disant religieux ou non, ainsi que tous les privilèges associés.
Art. 2. – Les fiefs dénommés communément « comtés » et « duchés » disparaissent au profit de provinces confédérées, elles-mêmes divisées en communes souveraines.
Art. 2bis. – La République Universelle Réformée rassemble les provinces confédérées d’Europe et des autres terres connues ou à découvrir.
Art. 3. – Chaque village devient chef-lieu de commune et dispose de sa propre souveraineté dans les domaines des lois, de la diplomatie, de l’armée, de la sécurité et de l’impôt.
Art. 4. – Le conseil confédéral des provinces (ex-conseil ducal ou comtal) est l’organe exécutif de chaque confédération. A ce titre, il est d’abord gestionnaire des mines, du bétail et de tout ce qui est en rapport avec le bien public.
Art. 5. - Genève, ville de naissance de la Réforme devient capitale de la République. C'est là que se tiendra l'Assemblée Générale des Confédérations Réformées dont les statuts sont à définir.


Dans l’histoire de ce monde, la République Réformée Universelle a été proclamée pour la première fois à Genève, le 27 février 1456. Elle est tombée sous les coups des biz ou’nours, une secte fanatique et bien pensante, alliée des puissants de ce monde que sont les nobles et les curés.
Pour mémoire, vous trouverez ci-après une copie du parchemin reprenant le texte fondateur. Qu’il reste à jamais en nos mémoires.

Proclamation de la République Réformée de Genève (Copie du document original).

Citation :

Au nom de Dieu qui sait tout : le présent, le futur, le passé, le caché et l'évident, le visible et l'invisible,

Nous, Sicaires du Lion de Juda,

Proclamons en ce mercredi 27 février 1456 la création de la République Réformée de Genève.

Sa vocation est de répandre parmi les Hommes la Vraie foi Léonine.

Elle donne aux Hommes l’entière liberté de commercer, de s’enrichir et de voyager.

Elle abolit tous les titres et privilèges de la soit disant noblesse.

Elle autorise et encourage tous les plaisirs sur Terre. La recherche de la Boulasse devient sa priorité.

Le blason de la République est de gueule, au léopard ailé d'or, tenant de ses pattes avant un livre ouvert d'argent, portant le texte "POST TENEBRAS LUX" (Après les Ténèbres, la Lumière).



Cette proclamation, voulue par Dieu, ne pourra être annulée que par Sa Seule Volonté. Nul homme ne peut aller contre le présent acte.


Sanctus, pour le Lion de Juda.

Scellé par nos soins.
Revenir en haut Aller en bas
russo

avatar

Nombre de messages : 1025
Fonction : gardienne de tonneaux
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: [Religion] Les autres croyances   Ven 16 Oct 2009 - 0:45

Revenir en haut Aller en bas
russo

avatar

Nombre de messages : 1025
Fonction : gardienne de tonneaux
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: [Religion] Les autres croyances   Sam 17 Avr 2010 - 22:41

Citation :
Les Compagnons d’Eleusis

1) Qu’est-ce que la Communauté des Compagnons d’Eleusis ?
La Communauté des Compagnons d’Eleusis forme l’une des chambres secrètes du Royaume de France. Cette organisation a vu le jour au mois d’août 1454, suite à la destruction de leur Temple au Moyen-Orient. La fondatrice de la chambre française de cette Communauté, dame Silence, aurait été la seule survivante de ce massacre, et aurait été envoyée fonder un nouveau Temple sur la terre du Royaume de France.
La Communauté d’Eleusis trouve son fondement dans la culture grecque antique et se réfère constamment à elle, notamment en matière de pensée, de philosophie, d’art, d’esthétique et de religion. Ce dernier aspect est actuellement celui qui semble le plus développé, et se démarque par une remarquable singularité : les Compagnons d’Eleusis semblent avoir adopté et fait renaître le culte des déesses grecques, notamment de Déméter, déesse prépondérante des Mystères d’Eleusis, mais aussi de Perséphone et Korê, déesses de la Terre, et d’Artémis, Séléné et Hécate, déesses de la Lune.
Par ailleurs, aux dires mêmes de Dame Silence, la Communauté entretient des relations avec d’autres obédiences hérétiques, notamment telles que les Repentis Hérétiques, les Francs Mestiers, les Cathares, les Libres Penseurs, et s’enrichit à leur contact, probablement au niveau philosophique et éthique.

2) Qui sont les Compagnons d’Eleusis ?
Aux dires mêmes de la Grande Prêtresse d’Eleusis, les Compagnons viennent d’horizons très variés. Néanmoins, ces horizons excluent, comme nous le verrons par la suite, le clergé aristotélicien et la noblesse française, ainsi que toute personne ayant reçu un sacrement aristotélicien qui refuserait d’y renoncer par écrit. Ainsi, que l’on soit serf, paysan, artisan ou même lettré, chacun a accès à cette Communauté, aux conditions près que nous avons mentionnées ci-dessus.
Les Compagnons d’Eleusis, d’après notamment un poème qui définit la manière dont ils doivent se comporter au sein de leur Communauté, forment une sorte de fraternité. Les liens entre eux se veulent forts, mais sont avant tout d’ordre intellectuel : la Communauté d’Eleusis n’affiche aucune organisation militaire ou assimilée, aucune opinion politique précise… Ainsi, des Frères de tous bords se côtoient dans une union qui se veut parfaite, dans le cadre d’un culte pratiquement personnel voué aux Déesses que j’ai nommées plus haut, personnel dans la mesure où il revient à chacun de trouver sa voie pour accéder à ces divinités.
Aux dires de leur Grande Prêtresse, les Compagnons d’Eleusis forment les branches du petit arbre, issu de la graine de la ferveur de l’Envoyée, qui ne cesse de croître dans le Royaume de France.

3) Comment s’organisent les Compagnons d’Eleusis ?
Il est difficile de définir exactement la nébuleuse que forme la Communauté des Compagnons d’Eleusis.
Aucune règle prédéfinie ne module leur vie en communauté. Au contraire, chacun des Compagnons d’Eleusis doit trouver en lui-même le chemin qui le mènera à celui qu’il est véritablement, et ainsi qui le conduira à la Déesse. Il est cependant notable que la Communauté gravite manifestement autour de celle qui se donne pour titre « Grande Prêtresse d’Eleusis », et qui est aussi appelée, dans les premiers temps de la Communauté tout du moins, « l’Envoyée ».
Cependant, les liens qui existent entre la Communauté et d’autres mouvements hérétiques laissent à penser qu’il existe une sorte de noyau de commandement, probablement dirigé par la Grande Prêtresse, de par sa place prépondérante d’envoyée et d’intermédiaire entre l’ancienne et la nouvelle Communauté.
Un autre élément structurant les Compagnons est la publication d’un journal, intitulé La Voix d’Eleusis, ainsi que leurs activités littéraires, comme l’écriture de poèmes et de récits. Cela montre combien le mouvement se veut global, dans la mesure où il ne concerne pas seulement la religion, héritée des cultes païens antiques, des Compagnons, mais aussi leur santé (par le biais de jeux sportifs, par exemple) et leur intelligence, comme le montrent leurs activités intellectuelles, philosophiques, littéraires, et leurs opinions politiques, marquées notamment par un engagement pour les valeurs démocratiques et le respect des citoyens, et par ce qu’ils appellent leur refus du « dogme de la religion et de la pensée unique ». Leur engagement pour la vie de leurs concitoyens les mène aussi à réaliser des chantiers assez gigantesques, comme la construction d’aqueducs, de thermes, d’agoras, de villas, d’égouts et de latrines notamment.

4) Quelle place pour les Compagnons d’Eleusis en terre aristotélicienne ?
Les Compagnons d’Eleusis, dans la mesure où leur Temple aurait été détruit et leur première Communauté décimée par des soldats portant la croix, considèrent que nulle âme de religion aristotélicienne ne peut avoir sa place parmi eux. Ils demandent donc à toute personne ayant reçu un sacrement aristotélicien d’y renoncer par écrit. Leur rejet de la religion aristotélicienne est par ailleurs tel que seul le mariage célébré selon le rite d’Eleusis est considéré comme valide au sein de leur Communauté, et qu’ils n’acceptent parmi eux ni membres du clergé, ni noblesse française.
Ainsi donc, les Compagnons d’Eleusis semblent s’inscrire en complet décalage avec la terre d’accueil qu’ils ont choisi, ce qui peut expliquer le fait que leur Communauté demeure une chambre secrète, et que leur foi en des dieux et déesses antique ne devienne pas une religion officielle, non plus que leur amour pour les mythes païens anciens ne se répande.
Cependant, il est remarquable que bon nombre des valeurs reconnues comme primordiales pour un Compagnon d’Eleusis sont le respect, la tolérance, l’entraide et la protection ; leur Communauté se donne aussi pour vocation de défendre la liberté et de combattre les inégalités, ce qui rapproche au contraire les Compagnons d’Eleusis des tenants de la foi aristotélicienne.
La Communauté des Compagnons d’Eleusis est cependant condamnée par l’Eglise Aristotélicienne, et, à ce titre, est hérétique, ce qui explique sa discrétion en tant que religion.

Fait par Sindanarie, Copiste académique
le 6 Août et complet le 24 Août 1456.

Académie royale de France, Institut de Lexicographie ©️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Religion] Les autres croyances   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Religion] Les autres croyances
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sources de calcium - pour Melplan (et les autres !lol)
» ce que j'attends des autres
» Economie du livre et des autres formes d’édition
» DES W.C PAS COMME LES AUTRES...
» Paul Bedel et les autres dans Paris Match.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.A.F. :: Bibliothèque et Salles d'Etude :: Ouvrages liés à la religion-
Sauter vers: